Apprendre
Enseigner (à l'école)

Sortir de la caverne

Un petit matin de pluie


Gris et froid, le matin. La pluie s'est calmée. Seules, quelques gouttes glacées. C'est la récréation de dix heures. Sous le préau, je discute avec mes collègues dont deux d'entre eux sont chargés de surveiller la cour. Cent cinquante gosses courent, jouent, se poursuivent, les joues rougies par le froid. De temps en temps, la maîtresse de service siffle sans conviction, à l'adresse de quelques acrobates qui se pendent aux poteaux de basket. Le manque de ferveur du sifflet a dû s'entendre: les gosses font mine de descendre, dansent autour du poteau, puis regrimpent.
Celui-ci est un nouveau du Cours Élémentaire. Il n'a toujours pas de copains, semble-t-il. Il erre seul, posant son regard triste sur les grands qui jouent au foot, sursautant, apeuré, quand des
fusées courantes le frôlent: ça fait trois fois, déjà, qu'un groupe de costauds le bouscule.
Il n'erre plus, il fuit. De son blouson étriqué dépassent deux mains rougies, qui se recroquevillent l'une sur l'autre. Il surveille, inquiet, les circuits des coureurs.
Cette fois, il se retrouve par terre. Seul. Dans l'eau. Il essuie son pantalon de velours qui paraît


Vous aussi, jetez votre cailloux en écrivant à :
sortirdelacaverne@free.fr

S'il n'est pas trop gros, trop pointu ou jeté trop fort,
il pourrait devenir un nouveau rond dans l'eau sur ce site.